Thursday, May 21, 2015

CfP: Écrire entre les langues Migration, bilinguisme, plurilinguisme et poétiques de la frontière dans l’Italie contemporaine (1980-2015)

COLLOQUE INTERNATIONAL

Université Paul-Valéry – Montpellier, Jeudi 19 et vendredi 20 novembre 2015
Equipe d’accueil 4582 – LLACS (Langues, Littératures, Arts et Cultures des Suds)

Présentation générale du colloque 

Le phénomène du bilinguisme littéraire, bien qu’il soit déjà présent dans la littérature du XXe siècle, a atteint, dans les dernières décennies, une dimension nouvelle et plus vaste. Les migrations massives aussi bien que les nouvelles mobilités et les migrations de retour, en plus d’un marché et d’une pratique de l’écriture qui ont totalement changé, ont certainement contribué à rendre le concept de bilinguisme plus complexe.
Le cas italien – pays d’importante émigration, qui est devenu, au cours des vingt-cinq dernières années, un pays d’immigration – est, à ce propos, paradigmatique. À l’heure actuelle, nous comptons de nombreux écrivains plurilingues qui utilisent, parmi d’autres langues, l’italien. À travers la reconstruction de leurs parcours (parcours d’immigration et d’émigration, bien sûr, mais aussi expériences transfrontalières ou choix purement esthétiques
non liés à des vicissitudes personnelles), nous essayerons de réfléchir à la notion de « littérature italienne contemporaine » qui se présente aujourd’hui comme un ensemble de plus en plus diversifié, non seulement du point de vue de la langue, mais également sur le double plan de la poétique et des choix esthétiques.
Les différentes interventions du colloque nous permettront de nous interroger sur les problématiques suivantes :

1. Écritures transnationales. Le cas des écrivains de la frontière ;
2. Écritures migrantes (d’immigration et d’émigration) ;
3. Le cas du bilinguisme et du plurilinguisme ;
4. L’emploi littéraire de la langue et du dialecte ;
5. La représentation littéraire et la notion d’identité.

Langues du colloque : Français et italien.
Envoi des propositions de communication :
Veuillez envoyer vos propositions de communication sous forme d’un résumé de 20 lignes, avec titre, indication de cinq mots-clés ainsi qu’une courte biobibliographie, aux organisateurs du colloque :
Daniele COMBERIATI (daniele.comberiati@univ-montp3.fr)
Flaviano PISANELLI (flaviano.pisanelli@univ-montp3.fr)

Date limite d’envoi des propositions de communication : 30 juin 2015
Réponse du comité scientifique : 15 juillet 2015
La participation au colloque prévoit des frais d’inscription.

For more information and the call for papers in Italian Language, please click here.


Wednesday, May 6, 2015

CfP: Authorial Translation in Renaissance Europe

Authorial Translation in Renaissance Europe

Deadline: 15 May 2015
Organizers: Dr William Barton (Ludwig Boltzmann Institute, Innsbruck); Dr Sara Olivia Miglietti (Centre for the Study of the Renaissance, University of Warwick)

This panel, or series of panels, aims to investigate the forms and strategies of authorial translation in the long Renaissance (c. 1350-1650). By ‘authorial translation’ we intend to designate a constellation of practices ranging from self- translation proper (see e.g. Cordingley 2013, Deneire 2013, Turchetti 2013, Turchetti 2015) to the activity of ‘“strong” translators who placed their own unmistakable imprint on the works they translated’ (Bernofsky 2005:x). In the latter sense, authorial translation is not necessarily defined ‘by the translator being an author in his own right, but by his active shaping of the translated textin a particular direction’ (ibid.). By encouraging reflection on this theme, we aim to draw attention to a crucial, though still understudied, aspect of Renaissance culture, and to establish a dialogue between intellectual historians, linguists, and literary theorists concerning the character of Renaissance translation practices.
[...]
While studies such as these have greatly advanced our knowledge of the forms and strategies of Renaissance translation, as well as of the social and biographical profiles of Renaissance translators (see e.g. recent studies of John Florio by Pfister 2005, Pirillo 2013), substantial work still remains to be done in order to clarify the complex relationship between translation and authorship throughout the late medieval and early modern period—a time that witnessed profound transformations to the very notion of ‘author’ (see Brunn 2001). By focusing on the theory and practice of Renaissance authorial translation, we hope to contribute, on the one hand, to our knowledge of Renaissance translation practices, and, more broadly, to the on-going theoretical debate about the nexus between translation and authorship (see e.g. Venuti 2008 and Pym 2010).

We welcome abstracts for 20-minute presentations on the following themes:
  • authorial translation: definition and case studies
  • self-translation: forms, strategies, related issues (linguistic: Latin andvernacular, bilingualism, linguistic choice and the expressive potentialities of different languages, etc.; social and cultural: intended audiences, impact of censorship, etc.; literary: authorial revision, rewriting, authorial intention, etc.)
  • supervised translation: status and case studies
  • traducteur/traditeur: translation as a form of rewriting/authorship

Please send a 150-word abstract (inclusive of keywords) and a 300-word curriculum vitae to s.o.miglietti@warwick.ac.uk by 15 May 2015 (sample CVs are available on the RSA website: http://www.rsa.org/?page=submissionguidelines). 

For more information and the complete call for papers, please click here 

Conference: La traduction littéraire comme création, 20-21 mai 2015

Self-translation will be a topic at the conference La traduction littéraire comme création, taking place from 20-21 May in Avignon, France.

  • 20. May at 10am
    Lucia QUAQUARELLI, Université Paris Ouest Nanterre : Traduction, re-traduction, auto-traduction, hétérolinguisme dans la littérature postcoloniale italienne : quelques réflexions
For further information on the program of the conference, please click here.

Saturday, April 25, 2015

Conference Europe en mouvement

Self-translation will be at topic of a talk given at the conference Europe en mouvement: Lieux, Passage taking place at Cerise, France, 02.06.2015-09.06.2015.

Abstract of the talk sheduled for Friday afternon:

Stefan WILLER: Les autotraductions des frères Humboldt
Avec une autotraduction, un auteur devient le traducteur de son propre texte. Bien qu'il s'agisse d'un phénomène particulier en apparence, il est au contraire très important pour les transmissions du savoir en Europe et dans le monde. Dans mon intervention, je vais éclaircir le rôle de Guillaume et d'Alexandre de Humboldt à cet égard. Les deux frères, qui écrivaient en allemand et en français pendant toute leur carrière de chercheur, de savant et d'homme politique, ont traduit à maintes reprises et dans les deux directions leurs propres textes. L'analyse d'un tel "entre-deux-langues" (comme l'a appelé l'autotraducteur Georges-Arthur Goldschmidt) permet de discerner avec précision les convergences et les tensions qui existent entre deux langues, deux langages ou même deux styles de pensée.

For more information on the conference please click here.

Wednesday, April 15, 2015

Update Bibliography on self-translation

The bibliography on self-translation has been updated. A new section "Self-translators on self-translation" has been included.
To access the pdf-file, please click here. The next update is scheduled for July 2015.

Thursday, March 5, 2015

Cfp: Voix de la traduction Traduire, transformer, reformer (Bologne, les 15 et 16 octobre 2015)

Les mouvements transnationaux d’idées et d’œuvres, l’expérience des écritures postcoloniales, ainsi que l’affirmation de pratiques cross-médiales et collaboratives de la narration non seulement forcent les frontières entre les traditions nationales, les disciplines et les médias (et leurs dynamiques habituelles d’échange), mais mettent en échec toute hiérarchie entre l’original et ses « traductions » (inter- o intralinguistiques, intersémiotiques), sapent de l’intérieur la norme monolingue et compromettent l’idée de traduction comme transfert, passage, pont, nous demandant de repenser certaines notions traductives centrales telles que langue de départ/langue d’arrivée, fidélité, respect, transparence, équivalence, lisibilité, différence… 
De plus, l’acte traductif est un acte fortement conditionné, inséré dans un paysage culturel profondément hiérarchisé, traversé par des impératifs discursifs, productifs, commerciaux et politiques très rigides. Et il est également, aujourd’hui, le lieu (à la fois métaphorique et procédural) de la création, de l’imagination et de l’espoir (Martha Nussbaum) ; le lieu à partir duquel redessiner (configurer) les rapports entre les langues et les pays ouvrant vers un univers hétérolingue qui est la figure de l’explosion des frontières entre les langues et la marque de l’urgence de déconstruire et transgresser l’idée que la différence distingue et divise. 
Le colloque Voix de la traduction. Traduire, transformer, reformer entend se proposer comme lieu de réflexion sur les transformations en cours, appelant les spécialistes à s’interroger sur quelques questions centrales telles que : 
  • Esthétique, éthique et politique de la traduction 
  • Traduction comme création 
  • Traduction comme métaphore du tiers-lieu 
  • Traduction et littérature postcoloniale 
  • Traduction et hétérolinguisme 
  • Autotraduction, traduction sans original 
  • Convergence médiatique et pratiques traductives 
  • Traduction collaborative 
  • Traduction comme lieu de l’accessibilité (langue des signes…) 


Le colloque sera bouclé par un Laboratoire de traduction collaborative ouvert aux étudiants du Corso di Laurea Magistrale in Traduzione Specializzata et aux doctorants. 
Consignes 
Les propositions, de 300 caractères maximum, sont à envoyer par mail, et avant le 30 mars 2015, à Lucia Quaquarelli / lquaquarelli@u-paris10.fr Licia Reggiani / licia.reggiani@unibo.it 
La confirmation de l’acceptation sera communiquée, toujours par mail, avant le 30 avril 2015. 
*** 
Projet scientifique: Lucia Quaquarelli, Licia Reggiani 
Comité scientifique international: Chiara Elefante, Danielle Londei, Christophe Mileschi, Myriam Suchet, 
Organisation: Chiara Denti, Gianna Tarquini

Tuesday, March 3, 2015

NEW Special Issue on Self-Translation

The special issue on self-translation of the journal Glottopol has just been published.
Glottopol issue N°25 directed by Christian Lagarde is entitled: L'autotraduction : une perspective sociolinguistique and discusses self-translation from a sociolinguistical point of view
The 18 contributions are written in French or Spanish.
The content is available online for free. You can download the whole issue or single articles on the website of the journal.

  • Christian Lagarde : Des langues minorées aux « langues mineures » : autotraduction littéraire et sociolinguistique, une confrontation productive – 2
  • Rainier Grutman : L’autotraduction : de la galerie de portraits à la galaxie des langues. –  14
  • Christian Lagarde  : De l’individu au global : les enjeux psycho-sociolinguistiques de l’autotraduction littéraire. – 31
  • Julio-César Santoyo : Consideraciones acerca del estatus actual de la autotraducción en la Península Ibérica. – 47
  • Xosé Manuel Dasilva : Los horizontes lingüísticos del autotraductor. Una visión a partir del contexto de Galicia. – 59
  • Elizabete Manterola Agirrezabalaga : La autotraducción en el contexto vasco : entre distancia interlingüistica y la constitución de un campo literario nacional transfronterizo. – 71
  • Katixa Dolharé Çaldumbide : L’autotraduction comme résistance aux idéologies aliénantes et voie vers la paix : l’exemple de l’œuvre d’Itxaro Borda au Pays basque nord (Iparralde). – 88
  • David ar Rouz : De l’autotraduction à la traduction de soi : éléments de réflexion bretonne. –103
  • Erwan Hupel : Le cœur et l’esprit : déchirements et stratégies d’autotraduction chez quelques auteurs bretons. – 124
  • Joan-Claudi Forêt  : L’auteur occitan et son double. – 136
  • Turo Rautaoja et Yves Gambier : L’autotraduction : une pratique ancienne, un concept ambigu. Le cas du Suédo-Finlandais Karl Ekman. – 151
  • Peggy Pacini : L’autotraduction chez Grégoire Chabot : médiation, transmission, survie d’une communauté et d’une littérature de l’exigüité. – 163
  • Michel Calapodis et Elisa Hatzidaki : Du bilinguisme littéraire à la diglossie socio-historique : le cas de l’œuvre de Vassilis Alexakis. – 178
  • María Recuenco Peñalver : Vassilis Alexakis ou le paradoxe systématique de l’autotraduction.  – 187
  • Olga Anokhina  : Les traductions vers l’anglais de Vladimir Nabokov : traduction ou autotraduction ? –198
  • Helena Tanqueiro et Meritxell Soria : Análisis traductológico de referentes culturales en La testa perduta di Damasceno Monteiro de Antonio Tabucchi. –211
  • Chiara Montini: S’autotraduire en traduisant les mots : la vie entre deux langues de Dolores Prato. –223
  • Delfina Cabrera : Ecrire en « demi-langue ». Multilinguisme et autotraduction dans les premiers scénarios de Manuel Puig. –235


To access the journal issue or the single articles, please click here.